Les mots et leur énergie: comment plonger en soi et réparer ce qui a été éclaté

Chaque semaine, j’écoute les personnes me décrire ce qu’elles vivent.

Les mots qu’elles utilisent me donnent accès à COMMENT elles le vivent.
Car les mots sont des énergies.


Quand vous vous dites « c’est infernal » à propos d’une situation ou d’une relation, ça n’est PAS une figure de style. C’est réellement comme ça que vous le vivez.


Et il vous incombe alors de prendre l’entière responsabilité de votre vécu et de votre ressenti. Sans le déshonorer en l’atténuant ou en le mentalisant.

L’objectif d’une telle démarche est de contribuer à cette plus grande et plus fine connaissance de Vous-même.

Elle passe par reconnaitre – sans minimiser ni prendre à la légère – ce qui est là et qui se dit à travers vos mots, vos réactions et les sensations physiques dans votre corps.


Ces énergies – vos mots – s’activent et montrent votre réalité intérieure.

Comme un petit caillou blanc qui se met à briller pour vous mener à retrouver votre chemin jusqu’à votre vrai Vous.

S’éloigner pour se protéger est une stratégie que nous avons apprise pour faire face à ce qui est psychiquement ou physiquement douloureux.

Cet éloignement peut prendre la forme de l’oubli partiel ou total, l’euphémisation, la victimisation, l’accusation, le stress, la maladie, la dépression, les accidents, le refoulement, etc.

Cependant, si ce mouvement d’éloignement passé nous a permis de survivre, il nous a aussi divisé de l’intérieur.

Il a créé cet éclatement interne, comme un verre qui tombe et se brise en des centaines d’éclats de tailles différentes.
Et il nous a laissé avec la seule option possible: celle de la survie.


Or la survie est un état interne électrique, contracté, en perpétuelle réaction, où la confiance et la détente, tout comme la pleine énergie et l’élan enthousiaste ne sont pas possibles pleinement et durablement.

Ils ne peuvent alors qu’être artificiellement créés avec du café, de l’alcool, du sucre ou toutes autres activités destinées à produire un état différent de celui – réel et intérieur – de la personne, qui ne peut pas durer et la pousse dans une recherche compulsive incessante à l’extérieur d’elle-même.

Pour vivre pleinement notre vraie vie, vivre et nous exprimer d’une seule voix, goûter avec gratitude à la plénitude d’être en vie et au monde ici et maintenant, il nous faut rassembler ces petits morceaux et nous réunifier.


Pour être en paix et contribuer à la paix autour de nous, il nous incombe de guérir cet Intérieur blessé et éclaté.


C’est l’élan le plus difficile et aussi le plus merveilleux qu’il nous soit donné d’impulser pour notre vie présente et future, tant individuelle que collective.


C’est une démarche d’artiste et de scientifique à la fois, faite d’observation, d’inspiration, de créativité et d’analyse factuelle.


Elle délivre des affres de nos réactions énergivores au fur et à mesure de nos explorations. Et nous donne donc accès progressivement à plus d’énergie, plus de joie et plus de clarté.

La guérison est spirituelle, énergétique.

Elle ne peut pas être uniquement un bricolage réparateur – même pointu – du corps physique ou une écoute savante de l’émotionnel et du mental.


Elle passe par une recherche courageuse de ces débris de soi seuls et affamés d’attention et de soutien, pour les rassembler comme le ferait une poule avec ses poussins, dans la bonté et la compassion.


Ce mouvement pour soi à l’intérieur de soi est guidé par l’énergie de la Mère Divine.

Cette énergie maternelle, douce et forte à la fois, pour nous-même.


Cette démarche permet de devenir véritablement autonome, adulte et créateur.

De reprendre notre Pouvoir intérieur. Et de rayonner vers l’extérieur de notre éclat singulier.


Pas un pouvoir pour nous battre ou nous défendre, mais pour être et offrir – sans attentes – ce mouvement de la Vie en nous et être ainsi au monde de façon fluide.

La fluidité d’être nous permet d’observer les folies et les souffrances de ce monde avec compassion, et de continuer à guérir à l’intérieur de nous tout ce qui a été abandonné, rejeté, ignoré, malmené, trahi, terrorisé.


Vivre devient alors un mouvement perpétuel du dedans vers le dehors, dans la joie et la gratitude pour ce mouvement même.


C’est cela Vivre.
Et c’est notre droit fondamental.


Le 21 décembre, nous atteindrons une nouvelle rive de notre Evolution collective et individuelle, après une année très chaotique.

Comme à chaque passage, nous pouvons nous délester d’abord de l’ancien, avoir transmuté nos parts d’ombre en lumière, nos fardeaux en brasiers incandescents qui éclaireront notre chemin et le Monde.


Que ce mois de novembre ensoleillé t’offre la Lumière nécessaire pour voir clair en toi et la chaleur qui fasse s’activer ta capacité à t’aimer intégralement.


Annabelle